Interview du Journal de Prisci



Je vous retrouve pour l'interview de Priscillia, blogueuse martiniquaise, qui a gentiment accepté de répondre à mes questions.

Priscillia est juriste de formation. Sur son temps libre, elle gère avec brio son blog Le journal de Prisci et ses autres réseaux sociaux. J'ai découvert son univers sur Instagram. Découvrez son interview.



Peux-tu te présenter en quelques lignes ?



Je m’appelle Priscillia. Je suis une jeune femme active, passionnée par tellement de choses… Le monde de la beauté et de la mode, c’est sûr, mais aussi l’art, la culture sous toutes ses formes, les voyages... Je suis curieuse : il y a tant de choses à voir sur terre !

Comment se déroule ta journée entre la gestion de ton blog, ta chaîne et ta vie privée ?



Comme indiquée précédemment, j’ai une activité professionnelle que j’exerce à temps plein. En semaine la gestion de mon blog est restreinte à mon temps libre et porte surtout sur la réponse aux mails, aux commentaires… Le week-end et certains après-midi sont consacrés aux photos et à la rédaction des articles.


Comment gères-tu tes réseaux sociaux ?



Il me semble important d’être active au quotidien sur les réseaux sociaux, mais je n’ai pas la même implication partout.

Mon favoris est Instagram même si, comme beaucoup, je déplore que le nouvel algorithme fausse un peu la visibilité. Cependant, il reste très complet car on peut y poster des photos et faire des stories, parler en privé… Je ne poste pas forcément de photo tous les jours mais j’essaie de faire en sorte de compléter ma story au quotidien.

Je suis aussi présente sur Snapchat et Twitter. Une page Facebook m’a été demandée mais j’hésite encore à la créer.


Comment as-tu construit ton audience ?



C’est une excellente question. Mon blog porte bien son nom, c’est un journal où j’aborde des sujets divers et j’ai commencé de manière assez confidentielle.

Au début je ne relayais pas du tout mes articles, je me contentais d’écrire pour moi car c’est quelque chose que j’aime énormément. Je postais des articles très personnels, des poèmes. (uniquement ceux qui avaient été publiés dans la presse locale. J’aimais bien confronter ma plume au jugement des rédacteurs de France Antilles et ai été très honorée chaque fois qu’ils les ont appréciés) Cela dit, je les ai retirés depuis.

Et puis un jour j’ai reçu une sollicitation du webzine http://www.girlykreyol.fr afin d’abonder la rubrique mode de la plateforme qui était en construction. Je me suis beaucoup amusée à le faire. La qualité des photos de l’époque me fait un peu rire aujourd’hui, mais ça me rend fière de mes progrès. Cela m’a donné une certaine visibilité et je me suis prise au jeu.

Ensuite j’ai intégrée la plateforme collaborative « wearethemodels.co » où j’ai pris part à plusieurs défis mode. J’ai beaucoup aimé cet esprit « familial », cette philosophie « body positive » où tout le monde trouve sa place. Je m’y suis fait des blopines que je suis encore aujourd’hui sur leurs réseaux et leurs blogs.

Pour diverses raisons personnelles je n’ai quasiment pas fait de shooting mode cette année mais je m’apprête à reprendre donc si des photographes passent par là…


Combien de temps, consacres-tu à ton blog, ton compte Instagram et ta chaîne par jour ?



Comme indiqué précédemment, je travaille donc je m’en occupe sur mon temps libre. En général je réponds à mes mails et autres (commentaires blog, instagram, snap…) le matin tôt, à ma pause déjeuner ou le soir. Je pense que ça me prend bien une heure par jour.

La création de contenu est réservée aux soirs et week-end. La durée consacrée est variable. Rédiger un article lorsque l’on a déjà la trame en tête n’est pas le plus long, c’est tout ce qu’il y a autour.
Par exemple, si j’écris sur un livre, encore faut il que je l’ai lu !
Autre chose, les illustrations. Faire des photos peut sembler anodin mais il faut savoir que quand 10 photos sont publiées c’est qu’on en a fait 50 ou 100 !
Pareil pour une vidéo qu’il faut tourner, puis monter. Et parfois internet ne collabore pas et on s’arrache les cheveux pour exporter le support. (rires) J’aurais donc du mal à quantifier : ça peut prendre 2 heures… ou 10, et parfois plus !


Comment as-tu réussi à te faire connaître, en dehors du relai sur les réseaux sociaux ?



Comme je l’ai expliqué lorsque je parlais de mes débuts, mon audience s’est plutôt construite en-dehors des réseaux.

Mis à part sur Twitter, ce n’est que depuis quelques mois que j’utilise des hashtags dédiés et que j’annonce ouvertement la sortie d’articles ou de vidéos.

Avant je postais un peu sans me soucier de qui me lisait ou pas. Et puis un jour, au détour d’une conversation entre collègues, l’une d’entre elles (qui a quand même l’âge de ma maman) a dit à une autre : « mais comment, tu ne sais pas qu’elle a un blog ?! Elle écrit sur le développement personnel, c’est vraiment bien ! »
J’ai fait une tête, j’ai cru que ma mâchoire allait se décrocher, surtout qu’à l’époque je n’avais écrit qu’un seul article de ce type. Ca m’a touchée. Je me suis dit que si ça faisait du bien, il faudrait peut être que je partage mes écrits à une plus grande échelle.

Pour en revenir à ta question, je dirai qu’en dehors des réseaux sociaux (où j’ai d’ailleurs rencontré des personnes formidables), c’est le hasard des recherches Google et le bouche à oreille qui m’ont fait connaître.


Peux-tu nous parler de tes débuts sur Youtube ?



Houla ! Encore une autre affaire ! (Rires) Au départ, je ne me voyais pas du tout faire des vidéos. Et puis ça m’a été demandé, tant sur le blog que sur Instagram car les photos de make up étaient jugées insuffisantes, ce que je peux comprendre. Ensuite c’est revenu pour les cheveux, les coiffures et les soins. Mais je ne sautais pas le pas.

Je me suis lancée cet été après avoir passé un sublime week end à Grande Anse. Depuis longtemps, j’avais annoncé sur le blog que j’allais commencer des articles « greetings from » où je mettrais en avant des endroits qui me parlent et qui me touchent. Et pour une fois, je me suis vraiment sentie limitée avec juste les photos.
Ni une ni deux, j’ai monté une vidéo, créé ma chaîne (qui porte le même nom que le blog : Le Journal De Prisci ou https://www.youtube.com/channel/UCUmeMY-ARg_NmTRLcd6ST0Q ) et je l’ai publié. Cela dit, je débute donc, soyez indulgents ! (sourire)

Ce n’est pas du tout ce qui m’avait été demandé, mais pour le coup, je me suis fait plaisir. PTDR
Je vois aujourd’hui ma chaîne comme une extension de mon blog, un complément. La ligne éditoriale est la même, elle est donc large, et je me réserve le droit de parler de ce que je veux comme je l’entends, dans le respect et la bienveillance évidemment.

Maintenant, c’est sûr, je tâcherai de faire plaisir à mes abonné(e)s, après tout, ils m’en ont soufflé l’idée.


Etre blogueuse, instagrammeuse et youtubeuse aux Antilles, facile ou difficile ?



Tout dépend de ce que l’on recherche. Si c’est la gloire et la richesse, je pense qu’il faut éclater la bulle de suite ! Ha ha ! Seules quelques exceptions vivent de leur passion et c’est vraiment leur métier, pas un loisir comme ça l’est pour moi !
Avoir un blog c’est avant tout être animé(e) de la volonté de partager son avis, ses coups de cœur… C’est livrer son opinion personnelle. Donc peu importe l’endroit où l’on se trouve dans le monde, à partir du moment où on a un accès internet, être blogueur est facile.

En revanche, se démarquer ne l’est pas nécessairement, surtout quand on est noyé(e) dans la masse.

Par exemple, en hexagone, il existe tellement de blogs et de chaînes qu’il est difficile de sortir son épingle du jeu. En Martinique, nous sommes moins nombreuses mais le support blog est moins considéré qu’en France donc on y accorde moins de crédit et de légitimité.
Mais attention, les choses changent. Depuis un peu plus d’un an, on assiste à un éveil concernant ce monde digital et quelques événements auxquels ont été associés des blogeurs internationaux ou d’origine antillaise (même s’ils ne vivent pas forcément aux Antilles) ont été lancés. C’est un début !


Coté mode, as-tu des icônes mode qui t'inspirent ?



Je n’ai pas vraiment d’icône mais il y a des femmes dont j’admire le style et l’élégance « effortless » comme Olivia Palermo ou encore l’actrice Meghan Markle (quand je l’ai découverte elle n’était pas encore la fiancée d’un prince LOL ! D’ailleurs les filles, si vous n’avez pas encore vu la série Suits, juste pour l’inspi classe des tenues de working girl, foncez !)


As-tu réalisé des partenariats avec des marques ?



J’ai eu l’occasion d’en réaliser quelques uns et j’en suis très heureuse, essentiellement pour des bijoux pour l’instant. Je suis toujours très touchée et reconnaissante lorsque je suis sollicitée.

En dehors des partenariats (c'est-à-dire les cas où il est entendu dès le départ qu’un article doit être publié sur le sujet et le rester pour tant de temps…) j’ai eu l’occasion de recevoir des produits de la part de marques afin que je les teste. Je le fait alors avec plaisir et j’en parle en toute honnêteté.



Quel adjectif correspondrait le mieux à ton blog ?



Éclectique !


Sur quels réseaux sociaux peut-on te joindre ?


Youtube : Le journal de Prisci

Instagram : lejournaldeprisci

Twitter : @journaldeprisci

Snapchat : journaldeprisci

Blog: Le journal de Prisci


Merci Priscilla ! Je vous donne rendez-vous jeudi prochain pour l'interview d'une jeune artiste martiniquaise ultra gentille et agréable.  J'ai d'ailleurs hâte de vous la présenter (pour celles et ceux qui ne la connaissent pas!) :)

0 commentaires